ULTRASONOGRAPHY



ECHOGRAPHIE




cases
cas


Retroperiton

 

Goubaa Mohamed MD Djerba Tunisia

English Français
--- Arabic
This is a 40-year-old male with a one-month history of an enlarging mass in the right hemiscrotum. There was no history of hernia repair, epididymitis, urinary tract infections, venereal disease, or trauma. There was no associated dysuria or hematuria. Physical examination was unremarkable with the exception of the firm scrotal mass. C'est un homme âgé de 40 ans avec comme histoire une masse grandissante dans l'hémi-scrotum droit. Il n'y avait aucun antécédent de chirurgie réparatrice d'hernie, d'épididymite, d' infection urinaire, de maladie vénérienne, ou de trauma. Il n'y avait aucune dysurie ou hématurie associées. L'examen physique était normal a part la masse scrotale ferme.

 

 

ultrasonography seminoma

échographie echographie séminome seminome

echography testicle tumor cancer

doppler testicule cancer tumeur

ultrasound teticular seminoma

 

scanner seminoma cancer testicle

metastasis liver seminoma testicle

lymph node metastasis métastase

lung ultrasonography

Click on the image below
Cliquez sur les images en bas

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

The right hemiscrotum contains a markedly enlarged right testicle measuring approximately 5 x 5 cm. There is no identifiable normal testicular tissue. The left testicle is normal Sonographically, the differentiation of normal tissue from tumor is very difficult in this case, but intratesticular masses are almost always malignant (whereas extratesticular masses are usually benign). CT scan show the tumor (scan 7) and only pulmonary metastasis (scan 10). Ultrasound shows liver metastasis (scan 8) and also pulmonary metastasis (scan 11) and abdominal lymph node metastasis (scan 9). L' hémi-scrotum droit contient un testicule droit nettement agrandi mesurant approximativement 5 x 5 cm. Il n'y a pas de tissu testiculaire normal identifiable. Le testicule gauche est normal A l'échographie, la différentiation du tissu normal de la tumeur est très difficile dans ce cas-ci, mais les masses intra-testiculaires sont presque toujours malignes (tandis que les masses testiculaires extra-testiculaires sont habituellement bénignes). Le balayage au scanner montre la tumeur (cliché 7) et les métastases pulmonaire (cliché 10). Les L'échographie montre le métastases de foie (cliché 8) et aussi les métastases pulmonaires (cliché 11) et des métastases lymphatique ganglionnaires abdominales (cliché 9).

 

 

Testicular cancer (seminoma) Cancer testiculaire (séminome)

 


English
Click Here


Cancer du testicule

Arabic


Bien que la plupart des tumeurs soient diagnostiquées sur la base de l'examen physique, l'imagerie est d'une importance capitale pour le diagnostic et la classification des tumeurs testiculaires. l'échographie scrotale est quasi-obligatoirement indiquée pour assurer un diagnostic correct ou pour établir un diagnostic chez un patient chez qui l'examen testiculaire ne peut pas différencier les structures scrotales.
Les tumeurs testiculaires touchent, le plus fréquemment, la tranche d'âge entre 20 à 40 ans et représentent 1 à 2 % de tous les cancers chez les hommes et 1,5 % de tous les tumeurs malignes de l'enfance. Leur incidence est augmentée 5 à 100 fois en cas de testicules non descendu.
15 % de tumeurs testiculaires se présentent avec une hydrocèle alors que d'autres se présentent comme une masse testiculaire ou des métastases à distance. 10 % des patients se présentent avec une douleur aiguë due à l'hémorragie intratesticulaire. Les métastases peuvent être présentes au début dans 4 à 14 % des patients : aux poumons, au foie, aux os, au cerveau et aux ganglions lymphatiques.

Classification des tumeurs malignes testiculaires
Tumeurs de cellule germinale
- Séminome
- cellule embryonnaire
- Tératome
- Choriocarcinome
- vésicule vitelline (yolk sac)
- polyembryome
Tumeurs du Stroma
- tumeur à cellules de Leydig
- tumeur à cellules de Sertoli
Lymphome/leucémie
Métastases
Kyste dermoïde

Echographie:
Toute masse intra testiculaire est maligne jusqu' à preuve du contraire.
L'échographie est extrêmement sensible en détectant les tumeurs testiculaires dans 95% à 100% des cas. La détermination par le médecin échographiste : si la localisation de la masse est intra testiculaire ou extra testiculaire est très importante. L'échographie scrotale approche les 100 % de certitude en distinguant une masse intra testiculaire d'une masse extra testiculaire. En outre, L'échographie est extrêmement précise dans la localisation exacte d'une masse scrotale, mais elle est moins précise en ce qui concerne la bénignité ou la malignité d'une masse intra testiculaire.
Plus de 90 % de tumeurs malignes testiculaires sont complètement ou partiellement hypoéchogène. L'infarctus et l'inflammation peuvent également donner des plages hypoéchogènes focaux et ainsi un foyer hypoéchogène n'est pas nécessairement le reflet de malignité.
L'échographie à haute fréquence est un moyen très précis d'explorer le parenchyme testiculaire et un balayage échographique normal d'un testicule exclue pratiquement à 100 % un processus malin.
Le Doppler couleur montre peu de vascularisation dans les tumeurs moins de 1,5 cm mais pour les tumeur plus grande il montre une hypervascularisation et distortion des vaisseaux sanguins.

Diagnostic différentiel:
Il y a de nombreuses lésions qui peuvent simuler des tumeurs de testicule. Celles-ci incluent :
* Les infarctus.
* l'orchite focale.
* la fibrose focale.
* les hématomes.
* Les abcès.
* la sarcoïdose.
* la tuberculose.
* Reste de tissu surrénalien.
Dans beaucoup de cas, l'histoire du patient est utile en suggérant le diagnostic étiologique de la pathologie testiculaire.
Une anomalie relativement fréquente et qu'il est facile la confondre avec une tumeur est l'atrophie testiculaire et la fibrose. Chez la plupart des patients ces affections peuvent produire des régions hypoéchogènes arrangées dans un modèle linéaire, produisant un aspect strié du testicule qui ne simule en rien une tumeur. Cependant, si ces secteurs deviennent plus confluents, ils peuvent être mal diagnostiqués comme des tumeurs. Cette erreur peut être habituellement évitée par un balayage sur des plans multiples et notant en visualisant la forme, et la manière dont les fibres rayonnent à partir du centre.

Les Séminomes
Ils représentent 50 % des tumeurs testiculaires primaires et ce sont les tumeurs les plus rencontrées dans les testicules non descendus. La catégorie d'âge touchée est entre 30 et 40 ans. Les tumeurs peuvent être multifocales. 1/4 d'eux présente déjà des métastases pulmonaire au premier abord et découverte. L'activité de tumeur peut être surveillée par la bêta HCG qui est élevée chez 10 à 15 % de patients. L'alpha sérique est habituellement normale.
Aspects échographiques : le Séminome parait comme masse solide et hypoéchogène qui est homogène, bien que, de temps en temps, des secteurs échogènes dispersés puissent être identifiés. Les Séminomes sont habituellement unilatéraux et peuvent être de très petites tailles: 2 à 3 millimètres mais il peuvent également être très gros et remplacer presque totalement le parenchyme testiculaire normal.

Tumeur à cellule embryonnaire
C'est le deuxième type commun de tumeurs malignes testiculaires et représentent 25% des néoplasmes testiculaires primaires. Ils affectent habituellement des patients dans leurs deuxièmes et troisième décennies et des enfants sous l'âge de 2 ans. Ces tumeurs sont les tumeurs testiculaires les plus agressives et qui prédisposent aux métastases viscérales.
L'aspect échographique le plus commun est celui d'une masse hypoéchogène avec des limites irrégulières, et on peut voir des foyers échogènes à cause de la présence de calcifications mais aussi des secteurs kystiques en raison de la présence de l'hémorragie et de la nécrose. Ces tumeurs sont agressives et peuvent tordre et déformer le testicule lorsque l'invasion de l'albuginé se produit.

Le tératome
Les tératomes représentent 5% à 10% des tumeurs scrotales et sont généralement retrouvées chez les hommes entre 25 et 35 ans La tumeur peut être bénigne chez les enfants mais peut se transformer en tumeur maligne.
A l'échographie : le tératome peut contenir des cheveux, des os, et des dents Les tératomes sont habituellement bien différenciés et, selon la nature de tissu qu'ils contiennent, ils peuvent être hyperéchogènes, hypoéchogènes, ou complexes et montrer des cônes d'ombres.

Le choriocarcinome
L'incidence de cette tumeur est 1 à 3 % avec une incidence maximale entre l'age de 20 à 30 ans. Le pronostic est mauvais et l'affection est rapidement mortelle.
Aspects échographique : Le choriocarcinome se présente habituellement comme petite masse avec un aspect mélangé entre l'hémorragie, la nécrose, et les calcifications.

vésicule vitelline (yolk sac)
C'est une tumeur rare qui est considérée comme équivalente à la tumeur endodermale de sinus de l'ovaire. Les éléments cellulaires de cette tumeur seraient présents dans 38 % des autres tumeurs germinale de l'adulte à l'exception du séminome. La tumeur affecte principalement les enfants au-dessous de 3 ans. ces tumeurs métastasent fréquemment au poumon.
Ses aspects échographiques spécifiques n'ont pas été décrits.

Lymphome testiculaire
Les lymphomes non-Hodgkinien, particulièrement lymphome à cellule B, est le plus retrouvé des tumeurs secondaires du testicule et représente le cancer testiculaire le plus visible chez les hommes de plus de 60 ans.
Echographie : Le lymphome testiculaire peut apparaître hypoéchogène et large avec des zones anéchogènes. Le lymphome se présente habituellement comme une masse diffuse mais parfois il s'agit simplement d'une lésion focale. La tumeur peut toucher l'épididyme et la cordon spermatique mais l'invasion de l'albuginé est habituellement rare.
Leucémie testiculaire : L échographie montre une échogenicité nodulaire diminuée diffue ou focale avec la conservation de la forme ovoïde du testicule. Le Doppler montre, à la différence avec les tumeurs testiculaires primaires, un écoulement remarquablement accru indépendant de la taille et le degré de la tumeur.

Métastases testiculaires
Chez les adultes le point de départ commun des métastase testiculaires inclue : la prostate, les poumons, les reins, l'appareil gastro-intestinal, le vessie, la thyroïde et les mélanomes. Chez les enfants, le neuroblastome et la tumeur de Wilms sont souvent impliqués.
A l'échographie : les métastases sont souvent hypoéchogènes mais des masses échogènes peuvent se voir. Leur aspect échographique peut être faussement confondu avec celui des lymphomes ou des tumeurs testiculaires primaires.

La tumeur de cellules de Sertoli
Ces tumeurs testiculaires, qui résultent des cellules de Sertoli des tubules séminifères, sont associées aux anomalies hormonales telles que la gynécomastie et le puberté précoce. Plus de 90 % de ces tumeurs sont bénignes et surviennent habituellement dans la première année de la vie.
Aspects échographique : Ces tumeurs testiculaires donne l'aspect d'une plage arrondi a bord lisse, 5 à 10 millimètres dans la taille, avec une calcification curviligne. La calcification dans le testicule sans masse tissulaire molle associée est fortement suggestive de cette tumeur. Le Doppler peut montrer un flux sanguin accru dans ou à côté de la lésion.

Tumeurs des cellules de Leydig
Des tumeurs des cellules de Leydig sont également appelées les tumeurs des cellules interstitielles et résultent des cellules interstitielles qui forment le stroma fibrovasculaire du testicule Ces tumeurs representent 1% à 3% des cancers testiculaires. Elles sont habituellement considérées comme bénignes, mais 10% de ces tumeurs sont malignes. Comme avec les tumeurs de cellules de Sertoli, ils peuvent être l'hormono- sécrétantes induisant une féminisation ou une puberté précoce.
Les aspects échographiques sont ceux d'une masse hypoéchogène. Ils peuvent contenir des plages limités d'hémorragie et de nécrose dans la tumeur, créant des secteurs kystiques retrouvables dans 25% des tumeurs des cellules de Leydig.

Reference :
* 1: Maizlin ZV, Belenky A, Baniel J, Gottlieb P, Sandbank J, Strauss S. Epidermoid cyst and teratoma of the testis: sonographic and histologic similarities. J Ultrasound Med. 2005 Oct;24(10):1403-9; quiz 1410-1.
* 2 : Arjhansiri K, Vises N, Kitsukjit W. Sonographic evaluation of the intrascrotal disease. J Med Assoc Thai. 2004 Sep;87 Suppl 2:S161-7.
* 3 : Kuroda I, Ueno M, Mitsuhashi T, Nakagawa K, Yanaihara H, Tsukamoto T, Deguchi N. Testicular seminoma after the complete remission of extragonadal yolk sac tumor : a case report. BMC Urol. 2004 Nov 16;4:13.
* 4 : Maizlin ZV, Belenky A, Kunichezky M, Sandbank J, Strauss S. Leydig cell tumors of the testis: gray scale and color Doppler sonographic appearance. J Ultrasound Med. 2004 Jul;23(7):959-64.
* 5 : Hodzic J, Golka K, Schulze H. Primary testicular carcinoid. Med Sci Monit. 2004 Aug;10(8):CS46-8. Epub 2004 Jul 23.
* 6 : Carmignani L, Gadda F, Gazzano G, Nerva F, Mancini M, Ferruti M, Bulfamante G, Bosari S, Coggi G, Rocco F, Colpi GM. High incidence of benign testicular neoplasms diagnosed by ultrasound. J Urol. 2003 Nov;170(5):1783-6.
* 7 : de la Torre Holguera P, Villavicencio Mavrich H. [Testicular tumor. Ultrasonography study] Arch Esp Urol. 2000 Jul-Aug;53(6):423-31. Spanish.
* 8 : Gallardo Agromayor E, Pena Gomez E, Lopez Rasines G, Ortega Garcia E, Calabia de Diego A, Portillo Martin JA, Martin Garcia B. [Testicular tumors. Echographic findings] Arch Esp Urol. 1996 Jul-Aug;49(6):622-6. Spanish.
* 9 : Horstman WG, Melson GL, Middleton WD, Andriole GL. Testicular tumors: findings with color Doppler US. Radiology. 1992 Dec;185(3):733-7.


 

 


 
©Medicalechography.com