ULTRASONOGRAPHY



ECHOGRAPHIE




cases
cas


Retroperiton

 

Goubaa Mohamed MD Djerba Tunisia

English Français
--- Arabic
This is a 63-year-old female with a primary complaint of epigastric pain, anorexia, and weight loss. Physical examination demonstrated a firm abdomen with possible masses. Ultrasound of the abdomen was performed. C'est une patiente âgée de 63 ans qui se plaint de douleur abdominale, d'anorexie, et de perte de poids. L'examen physique a montré un abdomen ferme avec possibilité de masse intra-abdominale. L'échographie de l'abdomen a été réalisée.


lymphoma

lymphome adénopathie échographie


Stomach lymphoma linitis


nodes lymphoma ultrasonography




ganglion lymphome échographie

Click on the image below
Cliquez sur les images en bas

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Finding :
· a prominently thickened stomach wall (Scan 3).
· marked hepatosplenomegaly · Porta hepatis adenopathy (Scan 4)
· hypoechoic adenopathy surrounding the celiac trunk (Scans 1 and 2).
· The abdominal longitudina ultrasound examination Scan 5, reveal large, relatively hypoechoic solid masses surrounding a central linear area of increased echogenicity, the "sandwich sign." The masses are in the region of the head of the pancreas, extending caudally around the superior mesenteric artery and vein. The aorta and inferior vena cava are not displaced from their normal positions.
· The bulky nature and extensive involvement of the retroperitoneum and pelvis strongly suggest lymphoma. the presence of mesenteric involvement, especially with the "sandwich sign," makes the diagnosis of lymphoma nearly certain.
This female is diagnosed with non-Hodgkin's lymphoma by axillary lymph node biopsy > diffuse malignant lymphoma with small cell (CCL)..

 

 

 

A l'échographie :
*La paroi de l'estomac est très épaissie et infiltrée (cliché 3).
* Hépato-splénomégalie marquée
* Adénopathies autour du tronc porte (cliché 4) * Adénopathies entourant le tronc cœliaque (clichés 1 et 2).
* le balayage abdominal longitudinal (Cliché 5) montre la présence de masses hypo-échogene (ganglion) entourant un secteur linéaire central hyperechogène vasculo-graisseux , c'est le " signe de sandwich." : les adénopathies vont de la région de la tête du pancréas, se prolongeant en bas autour de l'artère et de la veine mésentériques supérieures. L'aorte et la veine cave inférieure ne sont pas déplacées et restent de leurs positions normales.
* la nature envahissante et l'atteinte étendue de la région rétro-péritoinéale et pelvienne suggèrent fortement qu'on est en présence d'un lymphome. La présence de l'atteinte mésentérique, particulièrement avec le " signe de sandwich, " assure que le diagnostic du lymphome est pratiquement sur.
Chez cette patiente le diagnostic de lymphome non-Hodgkinien à été établie par la biopsie d'une adénopathie axillaires : il s'agit d'un lymphome malin diffus à petite cellule ( de type LCC).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lymphoma(CCL) Lymphome (LCC)

 

English
Click Here


Le Lymphome

Arabic

Lymphome gastrique
Le lymphome a le plus souvent comme conséquence l'épaississement généralisé du paroi gastrique, mais une atteinte locale peut parfois se produire. La paroi gastrique envahie est habituellement de plus de 1 centimètre et peut atteindre 5 centimètres d'épaisseur. Le muqueuse est habituellement intacte mais peut être ulcérée. En utilisant la technique de remplissage fluide de l'estomac, l'infiltration lymphomateuse peut être constaté en tant qu'épaississement étendu de la paroi d'échogenicité variable alors que la paroi interne peut être normale ou prendre l'aspect de plis infiltrés de polypoides. L'envahissement circonférenciel peut être associée aux masses focales ou nodulaire. Un aspect en cible ou un signe atypique de cible peut se voir. L'échogenicité de l'infiltration lymphomeuse tend à être diminué c'est à dire hypoéchogène. Occasionnellement ,des plis gastriques géants avec point central hypoéchogène étoilée peuvent survenir en cas de lymphome. 70% des lymphomes de l'estomac se présentent avec un aspect en cible de l'antre gastrique avec un épaississement uniforme de la paroi.

lymphome de foie
Les lymphomes donnent habituellement une infiltration diffuse du foie et de la rate; L'atteinte focale est moins fréquente. L'hépatomégalie peut être retrouvée chez seulement 50 des patients présentant un lymphome connu. L'infiltration diffuse du foie est difficile détecter à L'échographie car il y a peu de déformation architecturale et souvent aucune anomalie n'est détectable. Seul 5% des patients présentant un lymphome avec une discrète infiltration nodulaire peuvent être détectés par l'imagerie.
Le lymphome hépatique focal n'est pas fréquent. Il y a trois aspect de foie qui prédominent quand ce type de lymphome est visible. Le premier et le plus fréquent est la masse hypoéchogène. La masse est habituellement ronde ou ovale, avec des limites lisses bien définies. Il y a presque toujours plus d'une nodule. Dedans, des plages hypoéchogènes peuvent être vus. La taille des masses varie de 1 à 15 centimètres. Un deuxième type, rare, est celui d'un foie hypoéchogène étendu infiltre avec un aspect en "carte géographique ". De temps en temps, on retrouve le troisième type avec une masse hyperéchogène. Il y a eu un cas de quatrième modèle, c'est l'aspect de "ciel étoilé ".

Lymphome splénique
L'atteinte splénique par le lymphome de Hodgkin et non-Hodgkinien produit habituellement dans une infiltration diffuse qui ne peut être détectée qu'au microscope. En général et à l'échographie, lorsque une anomalie est observée, on observe seulement une splénomégalie sans atteinte focale. La visualisation échographique de lésions spléniques focales en cas de lymphome est rare. Cependant, une fois détectées, les masses sont habituellement focales, hypoéchogènes, mal limitées, et homogènes. Occasionnellement, les aspects inhomogènes peuvent être présents et sont due à l'hémorragie ou à la nécrose. D'autres aspect échographiques incluent des lésions en cible, de grands nodules avec jusqu' à 20 cm de diamètre, de petits nodules miliaires, ou des adénopathies hilaires spléniques. Il y a une incidence élevée de l'atteinte lymphomateuse simultanée du foie et de la rate.

Lymphome ganglionnaire
La lymphadénopathie est fréquemment retrouvés dans les extrémités. Habituellement, Les sondes échographiques à haute résolution sont capables d'identifier des ganglions lymphatiques normaux dans les plis axillaires et de l'aine. Ils sont hypoéchogènes et ovales et ont habituellement un hile échogène central détectable. Comme dans le cou, il y a une similitude dans l'aspect de la lymphadénopathie inflammatoire et néoplasique.
Les ganglions malins (et les ganglions tuberculeux) sont habituellement de forme ronde avec un rapport d'axe court sur axe long supérieur ou égal à 0,5 (S/l > 0.5), alors que les ganglions inflammatoire et normaux sont habituellement longs ou ovales. Par conséquent, la forme du ganglion devrait être considérée comme le seul critère dans le diagnostic. Cependant, l'hypertrophie corticale excentrique, qui indique l'infiltration intra-ganglionnaire locale de la tumeur, est un signe utile d'identification des adénopathies malignes.
Les ganglions lymphomateux tendent à avoir les bords irréguliers, alors que les ganglions inflammatoires et normaux montrent habituellement les bords réguliers.
Le hile échogène est un aspect échographique normal de la plupart des ganglions normaux et on le voit généralement dans les ganglions larges. Le hile échogène semble être continu avec les tissus mous adjacents. Bien que, les ganglions lymphomateux tendent à avoir un hile absent, ils peuvent présenter avec un hile échogène au début de la maladie. Par conséquent, la présence ou l'absence d'un hile échogène ne devrait pas être le seul critère dans le diagnostic.
Les ganglions lymphomateux sont principalement hypoéchogènes en comparaison avec les muscles adjacents. On a précédemment rapporté que les ganglions atteints ont un aspect pseudo-kystique, c.-à-d. hypoéchogène avec un renforcement postérieur. Avec l'utilisation des nouveaux capteurs, les ganglions lymphomateux sont d'apparence moins pseudo-kystique, et montrent un aspect plutôt micronodulaire.
La calcification intra-ganglionnaire peut être trouvée dans des ganglions lymphomateux après traitement et la calcification est habituellement dense et montre une ombre acoustique.
Doppler :
Les ganglions normaux et inflammatoires tendent à avoir une vascularisation hilaire ou semblent apparaitre comme non vascularisés, alors que les ganglions métastatiques montrent habituellement une vascularisation périphérique ou mixte, et les ganglions lymphomateux montrent principalement une vascularisation mixte. Comme le vascularisation périphérique n'est pas retrouvé dans les ganglions normaux ou inflammatoire, la présence du vascularisation périphérique, qu'elle soit périphérique seule ou mixte, est fortement suspecte du malignité.
Le rôle de l'évaluation de la résistance vasculaire (IR et IP = index de résistance et de pulsatilité) en distinguant des ganglions malins et bénins est controversé. On a rapporté que les ganglions métastatiques ont un IR et un IP plus élevés que des ganglions inflammatoires. Cependant, d'autres études ont constaté qu'il n'y avait aucune différence significative entre les ganglions bénins et malins.

Lymphome pancréatique
Le lymphome pancréatique primaire est rare. La présentation clinique n'est pas différente du celle du carcinome pancréatique. L'échographie peut révèler une masse homogène ou complexe. Ces masses sont habituellement hypoéchogènes avec des lésions cystiques similaires. Vu que le pronostic d'un lymphome pancréatique est favorable, la différentiation d'un carcinome est cruciale. la biopsie écho-guidée peut indiquer la vraie nature de la masse.

Lymphome du petit intestin
L'échographie peut indiquer une paroi excentrique infiltrée par le lymphome. L'aspect de l'infiltration est habituellement hypoéchogène mais l'hémorragie et les caillots sanguins peuvent donner des zones échogènes. Il peut y avoir une dilatation importante de la lumière intestinale et agrandissement des ganglions adjacents. Les dépôts échogènes peuvent simuler des kystes de duplication. La combinaison d'une paroi intestinale épaisse excentrique avec la dilatation intestinale et la lympho-adénopathie mésentérique donne ce qu'on appelle le " signe de sandwich ". la constatation des masses pleines hypoéchogènes (ganglions) entourant un secteur hyperéchogène linéaire central est nommée le " signe de sandwich." Le secteur hyperéchogène représente la graisse entourant les vaisseaux mésentériques. Le signe de sandwich indique L'atteinte lymphomateuse du mésentère.

Lymphome du grand intestin
A l'échographie, le lymphome du grand intestin est habituellement non différentiable d'un carcinome colique donnant un signe typique ou atypique de cible. Cependant l'épaisseur de la paroi intestinale tend à être plus hypoéchogène dans le lymphome que le carcinome colique.

Lymphomes des reins
Le lymphome rénal peut avoir plusieurs aspects. L'aspect le plus fréquent, dans 90% des cas, est les masses rénales multiples, bien que le lymphome rénal puisse également se présenter comme masse renale unique. A l'échographie, les masses sont généralement hypoéchogènes ou anéchogènes. Parfois, elles peuvent simuler un kyste liquidien, mais la différentiation est généralement possible depuis les masses solides de lymphome ont une paroi mal définie avec un renforcement acoustique postérieur. Occasionnellement, les masses peuvent être isoéchogènes ou légèrement hyperéchogènes par rapport au parenchyme rénal adjacent.
L'infiltration diffuse du rein peut être retrouvée dans l'autre 10% des cas, avec un rein envahi, habituellement agrandi et déformé.

Lymphome de la surrénale
L'infiltration lymphomateuse surrénalienne n'est pas rare. Echographiquement, ces tumeurs, similaires au autres emplacements des lymphomes, sont hypoéchogènes, toutefois les zones hyperéchogènes, peuvent se voir en raison de l'hémorragie ou de l'infarctus. Les zones d'infiltration peuvent ressembler étroitement à des métastases.

Lymphome de la vessie (enfants)
Le lymphome primaire de la vessie n'a aucun aspect échographique caractéristique. La tumeur peut infiltrer le paroi vésicale ou se présenter comme polype. Le diagnostic histologique est habituellement exigé.

Lymphome Ovarien
L'ovaire est un organe de choix pour le lymphome. Le lymphome de l'ovaire fait habituellement partie d'une maladie plus étendue ailleurs dans d'autres emplacements et résulte souvent de la diffusion de la maladie venant des autres organes tels que les ganglions; les dépôts ovariens lymphomateux sont solides mais hypoéchogènes. Souvent, L'augmentation bilatérale la taille des deux ovaires est habituelle.

Lymphome du muscle psoas
Le muscle de psoas est un emplacement peu fréquent pour les lymphomes. L'échographie peut indiquer un élargissement hypoéchogène du psoas et des muscles para-vertébraux, ou une masse para-vertébrale anéchogène difficile à distinguer, à l'échographie seule, d'un abcès ou d'un hématome.

Reference :
*
1: Ozaras R, Celik AD, Zengin K, Mert A, OzturkK R, Cicek Y, Tabak E. Is laparotomy necessary in the diagnosis of fever of unknown origin? Acta Chir Belg. 2005 Feb;105(1):89-92.
* 2: Gupta A, Roebuck DJ, Michalski AJ. Biliary involvement in Hodgkin's disease. Pediatr Radiol. 2002 Mar;32(3):202-4.
* 3: Isaac J, Herrera GA. Cast nephropathy in a case of Waldenstrom's macroglobulinemia. Nephron. 2002 Jul;91(3):512-5.
* 4: Cuccovillo A, Lamb CR. Cellular features of sonographic target lesions of the liver and spleen in 21 dogs and a cat. Vet Radiol Ultrasound. 2002 May-Jun;43(3):275-8.
* 5: Ramirez S, Douglass JP, Robertson ID. Ultrasonographic features of canine abdominal malignant histiocytosis. Vet Radiol Ultrasound. 2002 Mar-Apr;43(2):167-70.
* 6: Zinzani PL, Colecchia A, Festi D, Magagnoli M, Larocca A, Ascani S, Bendandi M, Orcioni GF, Gherlinzoni F, Albertini P, Pileri SA, Roda E, Tura S. Ultrasound-guided core-needle biopsy is effective in the initial diagnosis of lymphoma patients. Haematologica. 1998 Nov;83(11):989-92.
* 7: Semenov II. [Sonography in the diagnosis of lesions of abdominal lymph nodes, liver and spleen in malignant lymphoma] Vopr Onkol. 1997;43(2):198-201. Russian.
* 8: Gorg C, Weide R, Schwerk WB. Sonographic patterns in extranodal abdominal lymphomas. Eur Radiol. 1996;6(6):855-64.
* 9: Munker R, Stengel A, Stabler A, Hiller E, Brehm G. Diagnostic accuracy of ultrasound and computed tomography in the staging of Hodgkin's disease. Verification by laparotomy in 100 cases. Cancer. 1995 Oct 15;76(8):1460-6.
* 10: Gorg C, Weide R, Schwerk WB. [Ultrasound assessment of extranodal abdominal lymphoma involvement: an overview] Bildgebung. 1995 Jun;62(2):102-8. Review. German.
* 11: Gorg C, Weide R, Schwerk WB, Koppler H, Havemann K. Ultrasound evaluation of hepatic and splenic microabscesses in the immunocompromised patient: sonographic patterns, differential diagnosis, and follow-up. J Clin Ultrasound. 1994 Nov-Dec;22(9):525-9.
* 12: Tsyb AF, Zviagina IV, Brodskii AR, Fomin SD. [Ultrasonic endoscopic examination of the upper portion of the gastrointestinal tract] Vestn Rentgenol Radiol. 1993 Nov-Dec;(6):25-9. Russian.
* 13: Mizushima T, Tsuboi K, Kimura I, Matsumoto S, Ochi K, Tanaka J, Harada H. [Clinical relevance of abdominal imaging examinations in malignant lymphoma] Nippon Shokakibyo Gakkai Zasshi. 1993 Sep;90(9):2076-82. Japanese.
* 14: Siniluoto T, Paivansalo M, Alavaikko M. Ultrasonography of spleen and liver in staging Hodgkin's disease. Eur J Radiol. 1991 Nov-Dec;13(3):181-6.
* 15: Pfau B, Donhuijsen K, Walz M, Kath R, Hoffken K, Leder LD. [The staging diagnosis of Hodgkin's disease. A comparison of laparotomy and noninvasive methods] Dtsch Med Wochenschr. 1991 Feb 1;116(5):168-74. German.
* 16: Deeg K, Schmitzer E, Beck JD. [Ultrasound differential diagnosis of kidney tumors in childhood] Monatsschr Kinderheilkd. 1990 Sep;138(9):596-604. German.
* 17: Plat M, Erk JU. [Abdominal ultrasound diagnosis of malignant lymphomas] Gastroenterol J. 1990;50(3):117-23. Review. German.
* 18: Weiss A, Weiss H, Gruhn K. [Organ manifestations of malignant lymphoma. Results of 10 years' sonographic follow-up of 550 patients] Ultraschall Med. 1989 Dec;10(6):284-9. German.
* 19: Townsend RR, Laing FC, Jeffrey RB Jr, Bottles K. Abdominal lymphoma in AIDS: evaluation with US. Radiology. 1989 Jun;171(3):719-24.
* 20: Lemmer A, Menzel K. [Sonography in the diagnosis of Hodgkin's disease in childhood and adolescence] Kinderarztl Prax. 1989 May;57(5):229-34. German.
* 21: Balashov AT, Mendeleev IM. [Roentgenoradiological and ultrasonic diagnosis of liver and spleen involvement in patients with Hodgkin's disease] Ter Arkh. 1988;60(9):73-6. Russian.
* 22: Wernecke K, Peters PE, Kruger KG. Ultrasonographic patterns of focal hepatic and splenic lesions in Hodgkin's and non-Hodgkin's lymphoma. Br J Radiol. 1987 Jul;60(715):655-60.
* 23: Nyman R, Rehn S, Glimelius B, Hagberg H, Hemmingsson A, Lindgren PG, Magnusson A. Magnetic resonance imaging, chest radiography, computed tomography and ultrasonography in malignant lymphoma. Acta Radiol. 1987 May-Jun;28(3):253-62.
* 24: Tsyb AF, Baisogolov GD, Nestaiko OV, Chernykh SG. [Ultrasound diagnosis of the involvement of retroperitoneal and abdominal lymph nodes in Hodgkin's disease] Med Radiol (Mosk). 1986 Jul;31(7):39-45. Russian.
* 25: Kobayashi T, Hayashi M, Tazaki H, Eto S, Haratake J. Ultrasonic tissue characterization of malignant lymphoma. J UOEH. 1986 Mar 1;8(1):63-72.
* 26: Hamdouch M, Dafiri R, Benjelloun H, Bekkali F, Boujida MN, Sbihi A. [Ultrasonic diagnosis of renal lymphoma in children. A series of 18 cases] J Radiol. 1985 Mar;66(3):209-13. French.
* 27: Sekiya T, Meller ST, Cosgrove DO, McCready VR. Ultrasonography of Hodgkin's disease in the liver and spleen. Clin Radiol. 1982 Nov;33(6):635-9.
* 28: Bruneton JN, Lesbats G, Boublil JL, Fenart D, Aubanel D, Schneider M. [Exploration and surveillance of the retroperitoneal space by lymphography and ultrasonography in patients with non-Hodgkin's lymphomas] J Radiol. 1980 Dec;61(12):779-84. French.
* 29: Kaude JV, Joyce PH. Evaluation of abdominal lymphoma by ultrasound. Gastrointest Radiol. 1980 Aug 15;5(3):249-54.
* 30: Carroll BA, Ta HN. The ultrasonic appearance of extranodal abdominal lymphoma. Radiology. 1980 Aug;136(2):419-25.
* 31: Kim EE, DeLand FH. Retroperitoneal lymphoma involving pancreas--complementary radionuclide scan and ultrasonography. Oncology. 1978;35(6):271-3.
* 32: Glees JP, Taylor KJ, Gazet JC, Peckham MJ, McCready VR. Accuracy of grey-scale ultrasonography of liver and spleen in Hodgkin's disease and the other lymphomas compared with isotope scans. Clin Radiol. 1977 Mar;28(2):233-8.
* 33: Czembirek H, Neumann E, Haydl J, Howanietz L, Jantsch C, Pantucek F, Pokieser H. [Angiography, scintigraphy and ultra sound in the diagnosis of splenic or hepatic disease in Hodgkin's disease ] Rofo. 1975 Nov;123(5):403-8. German.
* 34: Kratochwil A, Karcher KH, Jentzsch K, Wolf G. [The value and limitation of echotomography in the diagnosis of abdominal lymphomas in malignant diseases(author's transl)] Rofo. 1975 May;122(5):410-7. German.

 

 


 
©Medicalechography.com