ULTRASONOGRAPHY



ECHOGRAPHIE




cases
cas


Retroperiton

 

Goubaa Mohamed MD Djerba Tunisia

English Français
--- Arabic
This is a 70-year-old female (postmenopausal) who presents with marked pelvic pain, nausea and vomiting. Physical examination showed a large pelvic mass which could be adnexal and/or uterine in origin. Patient have both transabdominal and transvaginal examinations. C'est une patiente ménopausée, âgé de 70 ans, qui s'est présenté pour des douleurs pelviennes intenses, nausée et vomissements. L'examen physique a révélé la présence d'une grande masse pelvienne qui pourrait être d'origine anexielle et/ou utérine. La patiente a subit un examen échographique par les 2 voies : abdominale et endovaginale.

 

 

 

Click on the image below
Cliquez sur les images en bas

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

There is a complex, predominantly cystic mass measuring 10 x 10 cm anterior and apparently separate from the uterus. The solid part of mass has a 7 x 3 cm. The right ovary could not be identified.
The pathologist finds only thyroid tissue in the mass(struma ovarii = ovarian goiter).
Il existe une masse principalement kystique mesurant 10 x 10 centimètres et apparemment séparé de l'utérus. La partie solide de la masse mesure 7 x 3 centimètres. L'ovaire droit n'est pas identifiable.
L'anatomo-pathologiste trouve uniquement du tissu thyroïdien dans la masse (goitre ovarien).

 

Struma ovarii (teratoma) with torsion. Goitre ovarien (tératome) avec torsion.

 

English
Click Here



Goitre ovarien

Arabic

 

Le goitre ovarien appartient au groupe de tératomes monodermiques et très spécifiques. Il représente moins de 5% des tératomes matures (4.5). Notre étude couvre la cas d'un patient présentant le diagnostic de goitre ovarien. Une simple ovariectomie a été pratiqué. L'examen histo-pathologique a confirmé le goitre ovarien, avec uniquement du tissu thyroïdien, sans malignité ni métastase. Le goitre ovarien est un type rare de tératomes, difficile à identifier avant examen histo-pathologique de la pièce opératoire.

Clinique :
* Le symptôme le plus fréquemment rencontré est douleur abdominale (50 %) mais 40 % des patients sont asymptomatique (1).
* Le goitre se présente toujours comme une masse pelvienne, qui peut être palpable à l'examen physique et ceci dépend de sa taille et de sa localisation.
* L'épanchement pleural et l'ascite sont parfois présents.
* Seul 8% des patients avec goitres présentent avec un hyperthyroïdie clinique. 30 % de cas présentent des perturbations significatives de fonction thyroïdienne.
Le goitre ovarien peut être actif donnant des signes cliniques d'hyperactivité thyroïdienne ou du thyrotoxicose. Des complications postopératoires des goitres ovariens hormonalement actifs ont été rapportées aussi. Le goitre ovarien peut être associé à l'ascite et à l'épanchement pleural, connu sous le nom de " pseudo - syndrome de Meigs " (6). Dans la majorité de cas rapportés, l'excision de tumeur mène à la rémission et la disparition de la symptomatologie d'hyperactivité thyroïdienne. La transformation maligne du goitre ovarien est rare.

Echographie:
Le diagnostic préopératoire est très difficile car L'échographie (et aussi le scanner, et la résonance magnétique) n'est pas assez spécifique. Par cette technique nous pouvons voir seulement une masse anexielle composées de parties solides et liquides. L'échographie retrouve une masse polykystique avec des cloisons solides et vascularisées(2). Seul la scintigraphie préopératoire avec l'iode (I 131) pourraient montrer le tissu thyroïdien actif dans le petit bassin. Toutefois 75 % de tératomes cystiques sont non vascularisés, mais si les parties solides d'un tératome kystique d'apparence bénin ont une flux vasculaire, un goitre ovarien constitué en grande partie de tissu thyroïdien devrait être évoqué.
Les kystes dermoïdes de l'ovaire sont dépourvus d'écoulement sanguin, avec un taux de détection d'écoulement de 25% seulement et dans la capsule de kyste. Quand une vascularisation de la partie centrale d'un tératome kystique bénin est détectée, un goitre ovarien doit être suspecté (3).

Diagnostic différentiel :
* Kyste ovarien hémorragique.
* Les autres tératomes solides et les kystes dermoïdes non thyroidiens.
* Fibrome et fibrothécome.
* Arrhénoblastome.
* Tumeur des cellules de la Granulosa.
* Cystadénome ou Cystadénocarcinome mucineux ou séreux.
* Carcinome endometroide.
* Adénocarcinome sans collection séreuse ou muqueuse.
* Les tumeurs de Krukenberg.
* Les lymphomes de l'ovaire.

TRAITEMENT :
La plupart des cas sont unilatéraux et bénins: l'ovariectomie simple est approprié pour la plupart des patients. L'utilisation de l'iode 131 a été préconisée en tant que traitement adjuvant lorsque le contexte ou l'examen anatomo-pathologique suggère la transformation maligne.

Bibliographie :
* 1: Morillo Conejo M, Martin Canadas F, Munoz Carmona V, Gonzalez-Sicilia Munoz E, Gonzalez Sicilia Cotter E, Carrasco Rico S. [Ovarian mature teratoma. Clinico-pathological study of 112 cases and review of the literature] Ginecol Obstet Mex. 2003 Sep;71:447-54. Review. Spanish.
* 2: Van de Moortele K, Vanbeckevoort D, Hendrickx S. Struma ovarii: US and CT findings. JBR-BTR. 2003 Jul-Aug;86(4):209-10.
* 3: Zalel Y, Caspi B, Tepper R. Doppler flow characteristics of dermoid cysts: unique appearance of struma ovarii. J Ultrasound Med. 1997 May;16(5):355-8.
* 4. Carvalho RB, Cintra ML, Matos PS, Campos PS. Cystic struma ovarii: a rare presentation of an infrequent tumor. Sao Paulo Med J 2000;118(1):17-20.
* 5. Alfie Cohen I, Castillo Aguilar E, Sereno Gomez B, Martinez Rodriguez O.Struma ovarii: a variety of monodermic teratoma of the ovary. Report of 8 cases. Ginecol Obstet Mex 1999;67:153-7.
* 6. Kawahara H. Struma ovarii with ascites and hydrothorax. Am J Obstet Gynecol 1963;85:85

 

 


 
©Medicalechography.com